La neutralité du net doit être une règle d’or en Europe

Cette semaine, la Federal Communication Commission (FCC) a abrogé aux Etats-Unis une réglementation qui imposait aux opérateurs télécoms américains de respecter le principe de la neutralité des réseaux, dit de « neutralité du net ». Par ce vote hélas attendu, la FCC autorise donc les fournisseurs d’accès à Internet à ne plus assurer une égalité de traitement entre les différentes communications sollicitées par leurs abonnés. Ils pourront choisir quelles communications seront plus lentes que d’autres, et pourront faire payer les fournisseurs de services qui souhaitent uniquement que leurs utilisateurs bénéficient d’une qualité de service normale et non dégradée.

Ceci est très grave.

Le sujet peut paraître technique, mais il relève de principes démocratiques fondamentaux simples à comprendre.

Internet n’appartient à personne, et surtout pas aux opérateurs télécoms qui n’en sont que les serviteurs. Le métier d’un opérateur de communications est de s’assurer que la personne qui veut communiquer puisse le faire, pas de choisir qui peut parler plus fort ou plus vite qu’un autre. Si l’on permet aux opérateurs de choisir qui peut communiquer de façon normale sur le réseau, et qui ne peut communiquer que dans des conditions artificiellement dégradées, c’est tout simplement la liberté de s’exprimer et de communiquer que l’on remet en cause.

C’est aussi le droit d’innover et de choisir librement les services que l’on utilise. L’histoire d’Internet est faite d’inventions de nouveaux services qui permettent notamment aux internautes d’accéder à des informations et d’en échanger. Mais, si demain les acteurs fortunés qui sont déjà en position dominante bénéficient pour leurs services d’une qualité de service privilégiée sur le réseau, ce sont tous les services nouveaux et alternatifs qui en pâtiront. Les utilisateurs ne choisiront plus librement leurs services, mais seront contraints par les choix faits par leurs opérateurs.

Qwant, qui défend depuis toujours un Internet neutre et respectueux des droits fondamentaux, appelle donc toute la communauté des acteurs de l’Internet européen à faire de la neutralité du net en Europe une règle d’or absolue. Il est impératif que ce principe s’impose comme une valeur constitutionnelle et qu’il soit respecté comme telle. L’Europe doit montrer au monde l’exemple et résister aux pressions qui ne manqueront pas de s’intensifier.